SnapDocs: Les enfants esclaves de l'industrie du chocolat

Aucun changement positif n'a apparemment eu lieu en matière d’exploitation des enfants dans l'industrie du chocolat. C'est ce qu'indiquent les dernières révélations du journal danois Ekstra Bladet à la suite d’une enquête au Burkina Faso en Afrique

Le journal danois Ekstra Bladet a mené une enquête pour déterminer l'ampleur du commerce des enfants dans cette région du monde et vérifier les démentis des industriels du secteur.





Nous avons notamment trouvé un village au fin fond de la brousse, au Burkina Faso, où plusieurs centaines d'enfants ont disparu l'année dernière selon le chef du village. Des enfants âgés de moins de 16 ans qui ont tous été victimes d'un trafic humain et sont devenus des enfants esclaves pour l'industrie du chocolat.

- Combien d'enfants disparaissent ici chaque année?

- Environ 400 à 450 enfants chaque année, explique Sampoko Ouadraogo, chef du village Kogho à l'est du Burkina Faso.

Les enfants finissent par servir d'enfants esclaves dans les champs de cacao de Côte d'Ivoire, l'un des plus grands pays producteurs de cacao et fournisseur du cacao pour le chocolat que vous mangez.

- Nous connaissons des cas d'enfants, victimes de ce trafic humain, qui ont été expulsés des plantations de cacao au bout de deux années de dur labeur sans avoir reçu aucun salaire. Ces cas sont parmi les plus fréquents, indique Sampoko Ouadraogo au journal Ekstra Bladet.

- Toute une industrie avait pourtant fait des promesses de changement. Notamment en ce qui concerne le trafic des jeunes enfants des pays voisins du Mali et du Burkina Faso. Mais, semble-t-il, rien ne s'est véritablement passé depuis.





Ekstra Bladet a recueilli le témoignage de Justine Ouedraogo, maire du village de Kogho qui compte à peine 16 000 habitants :

- C’est un phénomène de grande ampleur. Un très grand nombre d'enfants disparait. Beaucoup rentrent malades après avoir été en Côte d'Ivoire ou meurent là-bas, nous explique-t-elle.

L'un de ces enfants s'appelle Ado Ouedraogo. Il a 16 ans et a été arrêté en mai dans une plantation de cacao en Côte d'Ivoire. Il a été réduit en esclavage à l'âge de 12 ans.

- Sais-tu que le cacao que tu cueilles est utilisé pour fabriquer du chocolat? Tu sais ce que c'est que le chocolat?

Non. Ado Ouedraogo ne connaît pas le chocolat. D'après son témoignage, aucun argent ne lui a été versé pour son travail au cours de ses quatre années de travail comme esclave.





kommentarer
Vis kommentarer
Seneste i Jagten og SNAPDOCs
Hent flere